Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 août 2005 4 11 /08 /août /2005 00:00























je m'enfiche
tout par terre
s'y étendre bas de
manche dimanche
tiré
jusqu'à la porte
jarretière
charroi encombrement
passent dessus
pissent






















              Extrait du texte de Daniel Dobbels
              Une note, en arrêt encore — janvier 2001







 
Repost 0
Published by jivezi - dans autres choses
commenter cet article
10 août 2005 3 10 /08 /août /2005 00:00




du pain de cette boulange
ne mange madame pas mais
nourrie [ta te tes tics] de brioches à pognes fourrure
meurtre-sourire, soupe grimace écrème graillon d'un poil de poêle à longues emmanchées jambes course, huile d'olive, tablier lin, l'autre tourmente la plume au croupion
tire duvet folâtre de l'endroit où la peau rosie se hérisse



entasse vrac à l'arrivée dans sa cuisine
cousins-cousines, germaine
les rapidement embise d'une tablée complète
ses lèvres claquent l'air , bise à rien germaine
se dé-mène parlote et mains
dé-tourne langoustine tambouille dans sa propre gamelle, écrase les épices purée balayette
jette évier le surplus du bouillon
surveille l'appareillage, est si vite arrivé l'accident
tranchoir gésier net au-dessus clac !
du cou tordu couché poitrine
l'enfonce au ventre ouvert de l'animal, lui cuit délice de cuisse
la peau grésille et le coq sue
suffoquée la germaine cousine sans plus de crête repérée /ce qui est de trop molle langue si vite s'avachit/ regarde longuement dans son assiette la décapitation
d'une pleine peine

avec petits légumes chiffonnés & salades diverses






 
Repost 0
Published by jivezi - dans autres choses
commenter cet article
9 août 2005 2 09 /08 /août /2005 00:00














                          


                    

              je                             parfois plus que loin,                             me perds





Repost 0
8 août 2005 1 08 /08 /août /2005 00:00


Première ligne
: Une affichette codée-collée explique de quelle manière se comporter
en cas de chute (ne pas crier…)
* À la ligne suivante : la bordure du sol
( bordure haute-gauche, haute-centre et haute-droite ).
* La lumière entre par la ligne gauche nous montre la bordure centre, le rempli et la bordure centre-droite.
* À la dernière ligne les bordures du bas
( bas-gauche, bas-centre et bas-droite ferment forcément)


Scénario de la chute : Renseignez-vous sur les normes actuelles concernant les installations évasives... Il existe des contraintes du fait de la proximité de l’eau... Toutes les pièces suivantes doivent être reliées à la terre : sultane, duchesse, caprice, litanie, faux filet, médaillon... Chaque morceau restant d'un genre unique, pratiquez une double découpe sur les surfaces vives , les poils d'un morceau neuf doivent être orientés dans le même sens que le dernier morceau visé se positionnant de façon transversale... Avant de se lancer dans l’opération, faire un essai de chute simple... Possibilité de sortir du morceau propre à un endroit coché de la chute... Pensez à vous servir d'un disjoncteur suffisamment sensible, l'animal étant jusqu'à présent nourri à la poitrine même.
À savoir :
il est toujours judicieux de garder par devers soi une ou deux chutes familières.

La vache servira de pré-texte comme charme
(amuletum) qui se porte à même la peau ( aux endroits où elle est le plus douce) .


 


Repost 0
Published by jivezi - dans autres choses
commenter cet article
7 août 2005 7 07 /08 /août /2005 00:00



pour début je commencerai à écrire l'histoire 22
dater l'histoire termine et détermine
tournait en ces temps là, un cercle d'imposture profond comme un ciel vu d'en bas :
l'espÆce comme dégagement provisoire
certains applaudirent
pour bien marquer la fin
ils battaient l'air des mains, un souffle compressé
entre deux plats mouvements raides
bras maintenus aux coudes aux flancs aux corps

angle laconique

elle ballante
(voir la figure)
d'un pied sur l'autre
l'autre échappé
déjà.
le ciel un instant flamboyant, blanchit
sans qu'on y puisse



vingt deux vint double d'onze
eux deux plus deux
puis un suit un
personne ne parle
à onze manque l'un


chez l'impair tapi/s dans la boutique sombre, les tableaux étaient alignés/ aucun recul
une série d'entassement
montagnes aux différentes heures aplaties sur un mur bref
capharnaüm dans lequel l'autre trônait, sûr de sa langue
empereur des histoires savantes
l'autre mur était d'une autre montagne
serrée

lui comme un enfant pâle, n'ose rien
en sortant, à peine raille t-il un peu crânement
pour s'en sortir (voir l'autre figure)

(on sait pourtant que je viendrai encore,
entendu qu'ici personne ne téléphone plus,

mais qu'à cela ne tienne

tous les jours commencent à écrire l'histoire 22


(les coquelicots sont à terre
méfiez vous des contrefaçons)





Repost 0
Published by jivezi - dans 1er tableau
commenter cet article
6 août 2005 6 06 /08 /août /2005 00:00







« Tu vois donc, mon ami, que pour l'image il faut chercher une autre justesse (allên khrê eikonos orthotêta zêtein [ἄλλην χρὴ εἰκόνοὖ ὀρθότητα ζητεῖν]) que pour les choses dont nous parlions, et qu'il n'est pas forcé qu'une image cesse d'être image si on en ôte ou si on y ajoute quelque chose. Te rends-tu compte de tout ce qui manque aux images pour être identiques à ce dont elles sont les images (hosou endeousin ai eikones ta auta ekhein ekeinois hôn eikones eisin [ὅὓο` ἐνδέο`ὓιν αἱ εἰκόνεὖ τὰ αὐτὰ ἔχειν ἐκείνοιὖ ὧν εἰκόνεὖ εἰὓίν]) ? » (Cratyle 432c 7-d 2).







Repost 0
Published by jivezi - dans autres choses
commenter cet article
5 août 2005 5 05 /08 /août /2005 00:00




pour ne pas. fait un nœud au nœud
un nœud pour ne pas et le faire est déjà ça.
le voir là fait, bien fait, un beau nœud sur mouchoir proprement : un nœud d'angle.
se nouent là dedans [elle] & [le nœud] n'allez pas la croire ni croire qu'elle y croit, ni même la croire sérieuse, mais le nœud oui, fait très sérieusement dans l'angle droit elle droite aussi, devant la table et la table au milieu, qu'il faut contourner cent fois dans la journée pour aller dans la chambre et cent fois on s'y cogne
la hanche bleue, bleu sur la hanche, la hanche de la table à nœuds, c'est toujours.
vers cette table, elle revient toujours
faire et défaire ses nœuds
dans le nœud elle a mis le profil et le gazon comme une mouette, le profil elle y re-vient souvent aussi, aussi souvent que la table
le profil est ce qui lui reste, ne lui reste que ce profil là lui reste dedans tellement qu'elle en rêve en rêve de profil, elle-même ne se
re-garde pour ne pas y croire,
ne plus.  se voir
garder la mouette remuante et le gazon doucement dans le mou du nœud choir laisse elle ne plus elle garde, garde plus encore, fait des nœuds
multiplie les profils les gazons les mouettes
deviennent moquettes d'un seul ajout de cul un peu,
il en faut pour moquer les mouettes
le lit,

n'est jamais arrivée à le mettre
à mettre le lit dans le nœud
pour que la mouette puisse dormir d'un peu de sieste, arrose le gazon tous les soirs
le nœud lui sert à ça, penser à l'arrosage mais l'oubli c'est pourquoi le nœud du profil ou le début des nœuds, ça elle a oublié tous les jours, elle y pense elle y pense du nœud
re-garde l'oubli

(au féminin le nœud fait neuve ).



Repost 0
Published by jivezi - dans 1er tableau
commenter cet article
4 août 2005 4 04 /08 /août /2005 00:00




ne voudrait pas être trop longue
 à petite vue met petite langue rampante
   quelque chose vibre

     charmant principe prince pince pique

      quelque chose coince langue lente

    souffle au coeur toc souffle à terre
   /*du toc tactique tique borgne
  mais pas plus qu'une bosse de fée
 caracole
autre chose d'un crime sur le tard /
fait pas cas du tas de cas accumulés
zig-zag pattes de mouche conscience clinique /
en cas de problèmes articule minimal quelque chose
se déficelle salive mousse quelque chose d'une écaille langue poisson dissimule le signe sous le signe tronque mots
 caillés fromage corbeille récépissé sel & poivre
  tout ce que quelque chose compte
   quand les silences silencent
    balancent se
     nouent nos langues de silence
      d'où sort cette petite
 
   quelque chose qui douce ment dort d'
                                                             août











Repost 0
Published by jivezi - dans autres choses
commenter cet article
3 août 2005 3 03 /08 /août /2005 00:00








c'est vide mais c'est plein ça paraît tellement vide que ça bouche la bouche           e     n p    l    e    i    n,  en plein dans la bouche qui n'en peut /plus/ ne peut / ne parle / pas la bouche/ pleine/ pour rien / ne rien dire / pourtant c'est vide, elle rit elle rit la bouche fermée pour que rien ne sorte du vide se vide par dedans se vide  dans  le  vide   du   trop  plein

si c'est plein, c'est trop mais trop se plaint du gros grossier plein se rote s'éructe vide se plaint du peu, du peu de plein se vide pour atteindre le plein dé-borde limites lime lisières à l'âme lime l'âme à la lame limite imite le plein pour ne pas se sentir vide si       vide que ce plein dans la                               gorge.








Repost 0
2 août 2005 2 02 /08 /août /2005 00:00




monsieur je suis perdue je suis perdue monsieur et viens un peu m'asseoir près de vous comme si ... nous étions dans un train, même pas au départ, pas du même en tout cas, peut-être pas un train ... un wagon seulement un wagon sans le train Je m'assieds près de vous je ne vous connais pas je dis bonjour monsieur monsieur je suis perdue à gauche ou à droite
tous les matins j'arrête d'écrire







Repost 0
Published by jivezi - dans autres choses
commenter cet article

// corps du travail en cours & annotations visibles ici

Recherche

:::::::::::::


textes & images sous LAL
licence : www.artlibre.org


Archives

Du Jour Dit

Pages