Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2005 1 27 /06 /juin /2005 00:00



EN PEU DE TEMPS / a rien à dire le temps.. a qui je ? dit lui présent le temps.. n'a plus le temps.. détraqué le temps.. comme se complique le temps.. je passe, il passe, est passé , tu me dépasses le temps.. pour finir finir perdu. le temps.. prend moi. je vous prie, gardez lui le temps.. mâche le papier, écriture, mots, crayon, clavier , les touches une a z e r t y l'autre à point, mâche l'écran, mâche mes doigts mes mains bras , mâche ma langue et la fumée, le linge qui dégorge blanchit le temps.. couleur le temps.. peut pas s'attacher le temps.. selon les normes, l'ouverture d'une porte d'entrée doit être d'au moins 810 mm (32 pouces) le temps.. fuir le temps.. fait le silence du mort fait le mort tout en vivant le temps.. c'était quelque chose d'autre avec la montée d'escaliers pour refuge le temps.. s'éloigne, même là le temps.. emmenez moi le temps.. ce sont les yeux pendant longtemps dedans, la main le long , puis samedi touche à samedi jour de l'aigre le temps.. qu'il s'y mette pour encroûter l'image comme un pain tiède, là où fond dans la salle de bain la baignoire de nacre, elle s'y regarde être triste le temps.. finira par en rire, la gorge fendue en haut d'abord puis gagne le ventre à gros bouillon le temps.. se moque le temps.. tous les matins va dans les pages grises, ouvre le compteur petit, choisit sa bien plus jolie grimace que la veille, la langue bien pendue, tire à bout portant le temps.. la montre marche depuis le temps.. elle s'étire pendant le temps.. pense lourdement le temps.. jusqu'à y croire, à croire qu'on facilite les traversées... a rien dire n'a rien rien à dire le temps.. est d'un présent changeant craque à genoux remontre à gousset l'horloge la distrait du temps se complique le temps.. se figure crasse, ce qui s'est passé me dépiste et pour finir avaler jusqu'à perdre la galette et le sujet par ce temps prenez moi. regardez le qui mâche le papier, l'écriture des mots, le crayon, le clavier , les touches une a z e r t y met l'autre à point, mâche l'écran, mâche mes doigts mes mains mes bras , mâche ma langue et la fumée, le linge qui dégoutte blanchit le temps.. des couleurs siffle en l'air peut pas s'en prendre aussi esclave douce le temps.. selon les normes, l'ouverture d'une porte d'entrée doit être d'au moins /ouverte/ le temps.. prie le temps.. fait le silence fait le mort tout en vivant le temps.. x devient une chose d'autre avec montée d'escaliers pour refuge le temps.. s'éloigne, même là s'il est temps emmenez partons à temps ce sont les yeux pendant longtemps dedans, la main le long , puis samedi touche à l'aigre le temps.. qu'il s'y mette pour encroûter l'image comme un pâté farci, là se mire au fond de la salle de bain la baignoire de nacre, au miroir souriante s'y regarde être triste le temps.. finira par en frotter toute en rire la gorge fendue haut d'abord puis gagner le ventre à grosse soupe trempe le temps.. se moque elle et le temps.. pensez vous, tous les matins va dans les pages grises, ouvre le compteur petit, choisit sa bien plus jolie grimace que la veille, la langue bien écartelée, tire à bout portant sur le temps.. l'heure en marche raide depuis le temps.. elle s'étire cependant pense légèrement le temps.. jusqu'à y croire, à croire qu'on facilite les traversées, jusqu'à se croire, jusqu'à vous croire_____rien n'est simple, mais c'est passé. ...s'est passé le temps.. elle répète elle répète elle répète le temps. ET TOI DE TEMPS EN TEMPS. /

en petites déformations, l'intégrale peut encore être transformée. On laisse le soin au lecteur de trouver une troisième forme variationnelle du problème 5.10, dans laquelle on pourra faire disparaître les conditions aux limites de déplacement imposé sur les bords dont les propriétés ne dépendent pas de la direction..





Partager cet article

Repost 0
Published by jivezi - dans 1er tableau
commenter cet article

commentaires

jivezi 30/06/2005 16:32


un A mi -tiers est-il *déjà* un tiers d'ami ? deux tiers restent donc en suspens ... point.

txt image et inverse ment
tout ment, prend la forme qui vient sur l'heure, et une certaine heure au milieu d'heures, seule détermine
il n'y a rien de plus
se lit ou pas
ce qui est entre
entre en jeu ou pas d'enjeu

la robe cache la culotte la culotte cache la peau la peau cache la peau qui ne se, celle dessous qui brûle
transpire sous le tissu

parfois, il arrive parfois que le tissu soit nu


ArtMent 30/06/2005 16:08

"forme variationnelle de probleme 5.10" :
Temps étranges où les poëtes se sentent obligés de passer pour des mathématiciens ou de sgramairiens formels ( problèmes formels à résoudre en pure et froide logique ? ), pour ne pas feindre feindre feindre ...( transfiniment : mathématique cantorienne oblige ) que des "muses" encore les inspirent.
Pour Tout A mi - tiers ;))

Quel Taureau Blanc , PasiPhae-artiste cherche-t-elle à séduire pour demander ainsi aux ruses formelles de Dédale de lui confectionner des avatars en "peau-de-vache" endurcie ? Tout "con - tenu" lyrique est-il devenu à ce point indécent : surtout ne pas paraître ignorant dans l'escalade de la parité artistique ? Porter le plus loin possible la "distinction" avec toute parenté imaginable avec l'épanchement naîf "amour toujours" des blogs adolescents ?
Ceci n'empêche pas , bien entendu , l'intérêt que nous pouvons porter à toute exploration formelle possible : aucune voie ne saurait être , en une telle demeure, interdite . Même pas celle de ménager des passerelles entre les platitudes du "rimailleur du dimanche" et la recherche formelle la plus "cultivée" ou la plus "savante".

Mais ,bien évidemment, le "lecteur" n'est pas entièrment dupe : la forme a beau feindre l'indifférence au "con-tenu" , la forme ... au miroir souriante s'y regarde être triste le temps.. finira par en frotter toute en rire la gorge fendue haut d'abord puis gagner le ventre à grosse soupe trempe le temps.. se moque elle et le temps.. pensez vous, tous les matins va dans les pages grises, ouvre le compteur petit, choisit sa bien plus jolie grimace que la veille, la langue bien écartelée, tire à bout portant sur le temps..

// corps du travail en cours & annotations visibles ici

Recherche

:::::::::::::


textes & images sous LAL
licence : www.artlibre.org


Archives

Du Jour Dit

Pages